La croyance chrétienne implique à la fois une assurance que Dieu existe en tant que personne et que chacun peut vivre une relation avec Lui, sous la forme d’une réalité qui a été expérimentée personnellement. Ce que A.W. Tozer appelle la “théologie du coeur”.

Nous sommes faits pour Lui

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce… (Hébreux 4:16a)

L’homme a été fait pour la communion avec Dieu. Dès le jardin d’Éden, Dieu et l’homme marchaient côte à côte comme amis dans une relation simple, quotidienne et parfaite. Contrairement à la totalité des autres religions du monde, la religion chrétienne présente Dieu comme ayant un désir ardent de proximité avec chaque être humain.

On nous a appris à prier le “Notre Père”… Cette paternité implique la possibilité d’un relation étroite, chaleureuse et vivante. Malheureusement, pour beaucoup encore Dieu est d’abord un juge, une doctrine, une “force”, un recours de dernière minute ou un distributeur de bénédictions. Mais ils ne connaissent pas Dieu comme un Père présent ici et maintenant. Pourtant nous possédons à la fois les facultés spirituelles nécessaires pour voir Dieu, pour peu que nous ayons accepté la régénération de la nouvelle naissance, et la permission de nous approcher près de Lui avec confiance au travers du sacrifice de Jésus-Christ. Nous avons donc la capacité et le droit de venir à Lui. Nous sommes en mesure d’avoir une relation avec Dieu aussi bien que nous aurions une relation avec toute personne humaine. La Bible nous indique même que nous sommes attendus avec amour et compassion dans l’espace de ses bras.

Le but principal de l’homme est de glorifier Dieu et de se réjouir en lui pour toujours.

Le Catéchisme abrégé de Westminster pose cette question : quel est le but principal de l’homme ? Réponse : Le but principal de l’homme est de glorifier Dieu et de se réjouir en lui pour toujours.
Autrement dit, Dieu nous a fait pour son plaisir et pour le nôtre. Tout autre acte à vocation chrétienne doit découler de ce principe premier : la joie partagée entre Dieu et l’homme. C’est l’amour premier, le fondement et le désir primaire du chrétien sincère. Vivez-vous chaque jour à partir du sourire de Dieu qui se réjouit en vous ?

Goûtez et voyez

Goûtez et voyez combien Dieu est bon. (Psaume 34:9)

Il est étonnant de voir comment la Parole expose l’expérience de vie chrétienne avec une telle présence de sensations : goûter, voir, entendre, se réjouir, désirer, soupirer… et tant d’autres. Même le verbe connaître de la Bible porte le sens d’expérimenter, de vivre une réalité. Pourtant, toute une doctrine répandue dans l’Église cherche à exclure les sensations et les émotions, privant d’honnêtes chrétiens de la profondeur et de l’expérience personnelle de la présence de Dieu dans leur vie. La séparation que cela implique est terrible.

la présence de Dieu est le fait central du christianisme.

Or, comme le dit A. W. Tozer, la présence de Dieu est le fait central du christianisme. Sans cela nous vendons une idée creuse, un club de relations superficielles, un show ou une religion mortifère. La présence de Dieu doit être vécue pour être témoignée. Vous devez pouvoir vous dire dans votre journée ou dans votre assemblée : “j’ai goûté Dieu”. Sinon, vous avez perdu votre temps. Les grands du Royaume, les croyants assoiffés, ont aimé Dieu plus que les autres et ont fait de sa présence une quête. Ils ont rejeté tout ce qui les en prive, que se soit dans leurs institutions religieuses ou dans leur vie personnelle.

Pénétrer dans le sanctuaire est aujourd’hui en Jésus un privilège accordé à tous, petits et grands. Nul ne saurait empêcher quiconque de venir à Jésus quelle qu’en soit la raison. Dieu donne accès à sa présence aux enfants, aux croyants immatures, aux pécheurs repentants, aux fragiles, aux méprisés, aux brisés, à ceux qui sont peu éduqués, à tous ceux qui veulent boire de l’eau de la vie gratuitement. Ne vous laissez jamais priver d’une telle joie !

C’est dans votre cœur que ça se passe

Comme (le fils) était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et l’embrassa. (Luc 15:20)

A la question Comment vivre davantage de cette relation avec Dieu ? je répondrais qu’il s’agit moins d’un Comment que d’un . Notre moi charnel tend à chercher des solutions extérieures à lui-même. Au contraire, la communion avec Christ est géolocalisée dans votre être intérieur. Vous êtes le lieu très-saint. Votre cœur est un sanctuaire. C’est dans la conversation secrète avec votre ami le Roi de l’Univers que se trouve votre refuge et votre source.

Votre foi —c’est-à-dire votre confiance dans le Dieu vivant de la Bible— permet à vos sens spirituels de fonctionner. Notez que je parle de foi et pas seulement d’imagination. L’imagination est l’auto-génération par l’esprit humain d’une fantaisie élaborée selon son propre référentiel. La foi est l’assurance d’une réalité invisible qui existe vraiment en dehors de nous, faite d’un tissu spirituel vivant, habitée par une personne réelle. Mais rassurez-vous votre peu de foi suffit à ôter le voile qui couvre parfois nos yeux spirituels : vous pouvez voir Dieu et toute la réalité céleste. Et si ce n’est pas le cas, demandez à Dieu d’ôter le voile qui vous empêche des les voir.

Car Dieu est ici, autour de vous et il vous attend. Engagez-vous dans cette conversation, exposez-lui vos besoins, cherchez sa face. Quel que soit votre état présentement, le Père éternel est prêt à courir vers vous et à vous prendre dans ses bras sans rien demander que votre attention. Vous réjouissez déjà son cœur sans rien produire, il vous aime bien plus que vous ne l’imaginez et vous fera entrer pour toujours dans la joie de sa maison.

Suggestion d'articles phares ⭐

Voir tous les articles phares

Vous voulez recevoir les nouveaux articles par email ?

Quelle fréquence d'envoi d'email vous convient ? *



Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails.
* champ obligatoire