Notre pays a connu cet été une terrible sécheresse ouvrant la voie à une série inédite d’incendies parfois hors de contrôle. Je crois que c’est le signe prophétique d’un réveil qui embrasera notre pays à partir de petites étincelles d’amour pour Christ.

Alors que je prenais du temps pour écouter le Seigneur, il m’a parlé des grands incendies qu’a connu la France lors de cet été 2022. La sécheresse dans tout le pays était telle que des départs de feux pouvaient avoir lieu partout : à cause d’un tracteur faisant son travail dans un champ, d’une faible étincelle dans le jardin d’un particulier ou même d’un morceau de verre exposé aux rayons du soleil. Une fois le feu parti, la nature complètement asséchée s’embrasait instantanément provoquant d’immenses incendies sur des hectares.

Il doit y avoir plus que ça !

Cette sécheresse semble faire écho à l’assèchement des circonstances et des cœurs dans notre nation, dans un contexte où Dieu est mis hors de vue à la moindre occasion. Même dans l’Église une soif et une insatisfaction grandissent. “Il doit y avoir plus que ça !” se disent beaucoup de chrétiens que la routine du dimanche matin ne satisfait plus.

Élie […] dit à Achab : L’Éternel est vivant, le Dieu d’Israël, dont je suis le serviteur ! il n’y aura ces années-ci ni rosée ni pluie, sinon à ma parole. (1 Rois 17:1)

Élie était un homme envoyé par Dieu dans un temps où le peuple d’Israël avait délaissé l’Éternel pour se tourner vers un dieu étranger. En réponse à la sécheresse de leur amour pour Dieu, le messager annonce que le ciel ne donnera plus de pluie. Une période terrible de 3 ans va dessécher la nature et assoiffer bêtes et hommes.

Je crois que Dieu est à la manœuvre pour préparer la terre de France à l’incendie spirituel.

Les grands réveils spirituels ne surviennent pas par hasard. Ils sont souvent précédés d’une grande sécheresse spirituelle. Je crois que Dieu est à la manœuvre pour préparer la terre de France à l’incendie spirituel, et que celui-ci se produira à partir de petites étincelles d’amour pour Christ et non pas par la puissance humaine. Il est inutile de fournir une flamme à une herbe mouillée par le contentement de la chair, car elle s’éteindrait aussitôt. Au contraire, la soif spirituelle est le prélude à un embrasement.

Élie rétablit l’autel de l’Éternel […] Et le feu de l’Éternel tomba […] Quand tout le peuple vit cela, ils tombèrent sur leur visage et dirent : C’est l’Éternel qui est Dieu ! C’est l’Éternel qui est Dieu ! (1 Rois 18:30-39)

Dieu ne laisse pas son peuple sombrer et prépare le réveil à venir. Le feu spirituel arrive en France mais il fallait que les cœurs soient d’abord préparés. Quelques-uns parmi nous ont beaucoup œuvré pour un réveil spirituel dans notre nation, déployant parfois beaucoup de moyens pour peu de résultat. La terre de France était trop humide, trop préoccupée par sa propre grandeur pour se rapprocher de Dieu. Mais maintenant, la terre est asséchée, prête pour le réveil.

Quand je parle de réveil, je ne parle pas d’une pseudo-conférence où l’on se roule par terre. Je parle d’un temps de la présence de Dieu si fort que les hommes et les femmes viennent à Jésus et se repentent, transformant la société. Je parle de temps où ce n’est plus un homme ou un ministère qui attire les gens, mais la seule présence de Christ manifeste. Il suffira alors d’à peine quelques personnes enflammées pour Jésus, qui se seront offertes sur l’autel pour être embrasées par la beauté du Sauveur, sans intelligence particulière, sans talent d’orateur, mais animées du feu du Saint-Esprit pour embraser un quartier, une ville ou une région entière.

C’est le temps des assoiffés, des insatisfaits. Comme un souffle qui partira de si peu et qui produira un incendie spirituel hors de contrôle.

Des foules alors se bousculeront pour venir entendre le message de l’évangile. Il n’y aura plus besoin de tracts ou de publicité : la rumeur se propagera de bouche à oreille. “Viens voir cela, tu en as besoin aussi !” se diront-ils. Les lieux seront trop étroits, les temps de prière s’étendront bien au-delà des programmes règlementaires, les serviteurs ne sauront plus où donner de la tête pour prier et baptiser. Cela aura lieu dans des maisons, des écoles, des universités, de vieilles églises jusqu’ici moribondes, sur des places publiques…

Nous nous sommes contentés de trop peu de la présence de Dieu jusqu’ici. Dès qu’ils y goûteront, les gens délaisseront leur vie mondaine ou leur religion morte pour s’abandonner au Dieu vivant. Les chrétiens ne vont plus se contenter des miettes tombées de la table. Ils voudront manger assis à la table même du Roi.
C’est le temps des assoiffés, des insatisfaits. De ceux qui veulent poursuivre la présence de Dieu et rien d’autre. C’est le temps des violents qui s’emparent du Royaume. Comme un souffle qui partira de si peu et qui produira un incendie spirituel hors de contrôle.

Suggestion d'articles phares ⭐

Voir tous les articles phares

Vous voulez recevoir les nouveaux articles par email ?

Quelle fréquence d'envoi d'email vous convient ? *



Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails.
* champ obligatoire